Ahmed AZZEGAGH le poète rebelle

Posté par coinlitteraire le 14 juillet 2010

ahazeggagh.gif

azzegagh.jpg 

(Par B. Bouahmed). Se souciant comme d’une guigne de la célébrité, se plaisant dans le silence et l’anonymat, Ahmed Azeggagh fait partie de ces auteurs qui, après les tâtonnements des premières années  de l’indépendance, sont venus infirmer les propos de jean Déjeux et d’Albert Memmi qui prévoyaient la mort de la littérature maghrébine d’expression française, une fois les indépendances acquises. Avec Mourad Bourbonne, Rachid Boudjedra, Nabil Farès et bien d’autres, Ahmed Azzegagh s’attellera à donner un nouveau souffle à cette littérature considérée à tort comme source de subversion et de sédition.

Lire la suite… »

Publié dans Production litteraire | 3 Commentaires »

Un recueil de 1000 proverbes Kabyles

Posté par coinlitteraire le 27 juin 2010

recueil.jpg

paraîtra bientôt 

(Par Aomar Mohellebi). Inzan ghef ighersiwen (proverbes sur les animaux) est le titre d’un nouveau livre de l’auteur autodidacte Abdelhafid Chenane. Il s’agit d’un ouvrage où l’auteur a rassemblé plus d’un millier de proverbes kabyles où l’animal est cité comme une image. Ainsi, l’auteur a travaillé depuis six ans dans différentes régions de Kabylie afin d’arriver à rassembler ce trésor culturel du terroir. L’auteur nous a confié qu’il a recueilli ces proverbes dans la wilaya de Tizi Ouzou mais aussi à Bejaïa, Bouira, Sétif et Bordj Bou Arréridj. «J’ai rassemblé dans ce livre 1087 proverbes. L’idée est née un jour que je voulais faire un travail sur les proverbes anciens. Par la suite, j’ai voulu faire quelque chose d’original qui allait être différent de ce qui a été réalisé jusque-là.» Au total, 176 animaux sont cités dans ces proverbes qui sont en même temps des résumés de leçons sur la vie et sur les relations entre les humains. Abdelhafid Chenane nous a confié que depuis son enfance, il s’intéressait à tout ce qui est poésie kabyle et aux jeux de mots. Il est un admirateur des poètes anciens comme Cheikh Mohand Oulhocine, Youcef Oukaci et Si Moh Ou Mhand et des poètes contemporains, comme Matoub Lounès. A ce dernier, Chenane a consacré un livre composé de 78 poèmes, tous écrits sur la vie et le parcours du Rebelle. Il s’agit d’une initiative inédite.
Abdelhafid Chenane a déjà publié deux livres. En 2007, il a édité Awal n win iti dilahqen puis en 2009, il a publié Awal iw d awal. Rappelons que plusieurs autres auteurs avaient déjà publié des recueils de proverbes kabyles à l’instar de Abdennour Abdesselam, Youcef Necib et Tahar Hamadache, entre autres.

Publié dans Production litteraire | 2 Commentaires »

TRADITION DES OEUVRES ARTISTIQUES ET LITTÉRAIRES

Posté par coinlitteraire le 16 juin 2010

La légende de Despereaux en version kabyle 

De nombreuses oeuvres artistiques sont, aujourd’hui, traduites en tamazight…

tp10061606.jpg(Par Hadjer Guenanfa). Dda Spillu est désormais disponible sur le marché en Algérie. Il s’agit de la version kabyle d’un fabuleux film d’animation anglo-américain, réalisé en 2008 par Sam Fell et Robert Stevenhagen, La Légende Despereaux.
Dda Spillu (Despereaux Tilling dans la version anglaise), est un souriceau qui a un goût prononcé pour l’aventure. Celui-ci est né à Taddart n Sendur (le royaume de Dor dans la version originale), un village connu par le culte du potage. Chaque année, une gigantesque marmite était cuisinée.
On distribuait alors le contenu à la population du village. Mais cette espèce de tradition prendra fin le jour où un rat tombera dans la soupe. Despereaux ou encore Dda Spillu verra le jour bien après ce «fâcheux incident».
Son amitié avec la princesse sera la cause de son exil et de son emprisonnement. C’est l’équipe de Studio Double voice qui a effectué ce travail de traduction et d’interprétation. Dda Spillu n’est d’ailleurs pas le premier film d’animation traduit en tamazight par Studio Double voice. Celui-ci a déjà traduit Le Monde magique de Narnia, sorti sous le titre de Tamacahut n Narinia et Pucci, tiré de L’Age de Glace.
Avec ce studio, cette équipe basée à l’ex-Aïn El Hammam en Haute-Kabylie se lance dans une entreprise fort ambitieuse, celle de traduire des oeuvres artistiques algériennes et étrangères et les présenter dans la langue amazighe.
Parallèlement aux adaptations de quelques oeuvres artistiques par des jeunes visant à promouvoir la langue amazighe, des institutions voudraient se lancer dans la traduction des ouvrages écrits par des auteurs algériens en tamazight.
Cette question a été d’ailleurs abordée lors des travaux de la deuxième édition des Journées d’étude sur «l’évolution de l’amazighité langue et littérature en Algérie depuis l’indépendance», initiées par le Haut Commissariat à l’amazighité.
Selon le vice-directeur de l’enseignement, de la recherche et de l’évaluation de cette institution, Boudjemaâ Aziri, ce genre d’actions auront un effet positif sur le développement et la vulgarisation de la langue amazighe en Algérie.
Il fera savoir, également, dans une déclaration à l’Aps que le HCA avait reçu plusieurs propositions de traduction des oeuvres de certains auteurs algériens vers la langue amazighe en se basant sur les caractères alphabétiques latins, parmi lesquelles celles de Mouloud Maâmeri, Kateb Yacine, Mohammed Dib ou encore Tahar Djaout.
Le Haut Commissariat à l’amazighité avait précédemment publié de nombreux ouvrages sur la langue, la culture et la littérature amazigne.
Ainsi, Introduction à la littérature amazighe, écrit en français par Haddadou Mohand Akli et publié par le HCA, sera traduit prochainement en tamazight.

Publié dans Production litteraire | 2 Commentaires »

Djoudi Attoumi : l’Officier de l’ALN a décidé de parler…

Posté par coinlitteraire le 11 juin 2010

djoudi.jpg

Djoudi Attoumi.

Ancien officier de l’ALN en Kabylie 1956-1962 :

« Les héros aussi sont des hommes… » 

« Il vous appartient à vous, acteurs de la Révolution algérienne, de vous impliquer directement dans l’écriture de l’histoire. Si vous ne le faites pas, d’autres le feront à votre place. Alors, ne vous plaignez pas s’ils la détournent et la déforment ».

Mao Tse Toung à Djamila Bouhired 

(Par Hamid Tahri). De quelle vie doit-on parler ? De celle du jeune doué promis à de brillantes études commerciales ? Du résistant ? Du moudjahid qui, à un âge où ses semblables ont d’autres projets, en s’employant à croquer la vie à belles dents, s’est résolu à entrer dans la bataille sans se poser de questions ? Du cadre gestionnaire ou de l’élu ? De l’écrivain qui parle de ses blessures à travers un conte plein de bruit et de fureur ? Comment toutes ces vies peuvent-elles tenir en un seul homme ? Djoudi Attoumi est un ancien officier de l’ALN en Kabylie, de 1956 à 1962. Homme courtois à l’exquise sensibilité, il a bien voulu nous ouvrir son cœur. Personnage rassurant, à son contact et de sa malice bienveillante, on écoute ses aventures humaines édifiantes. Celle de ces humbles qui ont marqué leur époque sans le crier sur tous les toits. Observateur impassible sans cesse pétillant et prolixe, il passe en revue les principales escales de sa vie.

Lire la suite… »

Publié dans Production litteraire | 1 Commentaire »

LITTÉRATURE D’EXPRESSION AMAZIGHE

Posté par coinlitteraire le 5 juin 2010

Les cafés littéraires ou le discours de la méthode 

bookmain.jpg(Par R. Djari). Le salon du livre et du multimédia amazighs qui est en cette année à sa sixième édition a eu ceci d’éminemment supérieur qu’aux côtés de l’abondante production littéraire et de la galerie de portraits de poètes, de romanciers, de nouvellistes et d’essayistes qu’il nous a offert, et qui est tout aussi abondant, de se distinguer des précédentes éditions par la qualité essentielle de l’espace d’expression aménagée dans le programme de cette grande manifestation culturelle intitulé cafés littéraires. Chaque après-midi, l’habitude s’est instituée au sein de ce salon de donner la parole soit à un écrivain, soit à un éditeur, soit à des universitaires pour développer leurs idées autour de la création littéraire et artistique en langue amazighe et de la promotion de l’oeuvre littéraire ou artiste. Ces conférences donnaient lieu à des débats fructueux où l’assistance intervenait directement pour tenter de cerner ensemble la problématique de la création littéraire et artistique. Considérant l’avantage que représentait le fait que ces conférences-débats ont lieu sous une tente en plein air, Tahar Ould Amar, présent cet après-midi au double titre de journaliste chroniqueur et d’auteur jouait aimablement au traducteur pour nous dans un français qui faisait regretter qu’il n’écrive pas aussi dans cette langue chère au coeur de plus d’un d’entre nous. Mais les motifs auxquels obéit souvent un écrivain sont toujours respectables et ceux de notre confrère qui se prépare à publier un second livre rassemblant ses chroniques nous paraissent tout aussi respectueux.

Lire la suite… »

Publié dans Production litteraire | 1 Commentaire »

« Elégies amères » de Makhlouf Bouaïche

Posté par coinlitteraire le 30 avril 2010

eligiesamres.jpg

Eligies amères

de Makhlouf Bouaïche 

makhloufbouaich.jpgMakhlouf Bouaiche, un écrivain-poète de Bgayet, vient d’éditer un nouveau livre qu’il a intitulé « Elégies amères » qui est un recueil de poèmes de 94 pages. Il est actuellement en vente dans les librairies  de France, nous osons espérer le voir bientôt sur les étalages de nos librairies et pourquoi pas une vente-dédicace.

Lire la suite… »

Publié dans Production litteraire | Pas de Commentaire »

BRAHIM TAZAGHART, ÉCRIVAIN ET EDITEUR EN LANGUE AMAZIGHE

Posté par coinlitteraire le 15 avril 2010

tazaghart.jpg

Entretien avec Brahim Tazaghart 

«L’écrivain ne vient pas du néant, d’une mais d’une expérience humaine plurielle inspiration passagère, et multiforme»

Précocement balancé dans l’action associative et politique, Brahim Tazaghart, en militant acharné des libertés, toutes les libertés, entre autres celle de vivre son authenticité, a fini sa «course» sur le terrain proprement de la production. Écrivain d’abord comme pour vivre intensément sa riche expérience humaine plurielle et multiforme, il s’est, par la suite, investi dans un autre chalenge, celui de l’édition qui, dira-t-il, le comble et le rend utile à son rêve !. Suivons-le :

Le Courrier d’Algérie : Qui est Brahim Tazaghart, présentez-vous à nos lecteurs ?

Lire la suite… »

Publié dans Production litteraire | 5 Commentaires »

Un magazine pour le festival de poésie d’Aokas

Posté par coinlitteraire le 10 avril 2010

magazine.jpg

Revue spéciale de la 7e édition sur les étals

(Par Hafit Zaouche). Dans le but d’immortaliser les grands moments de chaque festival de la poésie d’expression amazighe, qu’organise annuellement au mois de mars, l’association culturelle Adrar N Fad en hommage au grand écrivain Mouloud Mammeri, les animateurs de ladite association ont décidé depuis trois ans déjà de publier à chaque cérémonie, une revue spéciale du festival précédent.

Lire la suite… »

Publié dans Production litteraire | 2 Commentaires »

Abdemaldjid AZZI était à Bgayet

Posté par coinlitteraire le 3 mars 2010

venteddicace.jpg

VENTE-DÉDICACE DE

ABDELMADJID AZZI

Combats pluriels

Abdelmadjid Azzi était à Bgayet et à Akbou, deux jours durant, pour une vente-dédicace de son ouvrage intitulé Parcours d’un combattant de l’ALN (Wilaya III), publié aux éditions Mille-Feuilles.

«Le militantisme est éternel et un combattant engagé ne démissionne jamais», telle était la réponse en laissant entendre par son silence et son regard expressif propre à lui seul, l’éternel militant des causes justes, Abdelmadjid Azzi, en réponse à un de ses camarades de lutte dans le combat syndical, son autre combat d’après-l’Indépendance en l’accueillant par un questionnement qui en dit beaucoup: «Tu n’as pas encore décidé de prendre ta retraite?»

Lire la suite… »

Publié dans Production litteraire | Pas de Commentaire »

Conte d’Amour et d’Amitié (par Saïd Keracheni)

Posté par coinlitteraire le 27 janvier 2010

keracheni.jpg

Toutes les femmes du monde sont belles et charmantes parce qu’elles ressemblent toutes à ma mère

Cette phrase est de Saïd Kéracheni, un jeune écrivain qui vient de publier un livre qu’il a intitulé :

Contes d’Amour et d’Amitié

Voici ce que dit notre ami sur son livre avant de nous livrer le résumé:

untitled.bmpC’est avec un honneur et une grande joie, pour moi, de me permettre de vous faire découvrir mon livre intitulé: « Contes d’amour et d’amitié », pour tous. Ces contes dont  nous sommes les héros impliqués où visés chacun dans son rôle, dans sa force ou sa faiblesse .On ne peut donner que ce que l’on possède et celui qui a perdu ce qu’il possède ne peut rien donner. C’est dans ce cas là que mon conte vous amènera à reconnaitre que les qualités de quelqu’un si elles sont avérées.

Résumé du livre

Eternel féminin ou féminin sacré… De quelque point de vue que l’on se place, la femme demeure la clef de voûte de ce monde. Et ce, en dépit des défauts qu’on lui impute, réels ou imaginaires, en dépit du mépris ou des mauvais traitements dont elle est parfois l’objet. Définir la femme, c’est parler de la mère, de l’épouse ou l’amante, de la sœur et de la fille à la fois, car elle peut assumer à elle seule ces différents rôles. Le tout en un…indétrônable, universel, mystérieux et insaisissable parfois, mais indispensable à l’homme qui, trop souvent, inconscient de ce que la vie lui offre, se contente d’un petit sourire, narquois ou chaleureux, en guise de remerciement. Dans cette danse qu’est la vie, dans ce monde perturbé, déboussolé, il faut redonner leur place au respect, à l’amour et à l’amitié… pour le bien de tous.

Soyez aussi témoins ou jury comme il vous sied ! Compatissants ou partisans ! De la légitime complainte ou exagérée du vin ! On vous demandera au passage un arbitrage scrupuleux mais juste, dans le conflit du siècle qui oppose depuis toujours le café et le thé…

Publié dans Production litteraire | 4 Commentaires »

123
 

Au fil des mots |
teresa |
Entre deux nuages |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lectures d'haabir
| Dans le Jardin des mots
| j'ai "meuh" la "lait"cture