• Accueil
  • > Archives pour janvier 2018

Soufiane Djilali invité de Balade littéraire  »Bruit des Mots »

Posté par coinlitteraire le 29 janvier 2018

  Affiche_Sofiane

Écrire aujourd’hui sur la société algérienne semble une gageure. Disséquer la structure même de la société traditionnelle , décrire son effondrement lors d’une transition historique dramatique pour le pays, aborder la question des valeurs et des croyances et enfin, poser calmement la problématique de la modernité, n’est pas un exercice gratuit.

L’Algérie a indéniablement besoin de faire son introspection pour mieux saisir l’origine de ses convulsions et tenter enfin d’apporter quelques réponses convaincantes à ses multiples interrogations et à son désarroi général.

A travers son sous-titre Choc de la modernité, crise des valeurs et des croyances, cet essai pose d’emblée le cadre de l’analyse.

Le lecteur qui s’interroge sur ce qui semble être le non-sens de notre vécu, trouvera ici, des clefs et des éclairages qui lui ouvriront des pistes utiles pour comprendre notre réalité.

Sofiane

  Sofiane_2

Publié dans Manifestations culturelles | Pas de Commentaire »

Tassadite Yacine à Bgayet et Aokas

Posté par coinlitteraire le 7 janvier 2018

Rencontre littéraire avec

Tassadit Yacine,

le samedi 10 février 2018 à Bgayet au théâtre régional Malek Bouguermouh

et

le samedi 17 février à Aokas au centre culturel, à 14 heures

autour de son livre » Souviens-toi ramier…Contes d’amour kabyles »

Ces vingt-deux contes d’amour kabyles ont été recueillis dans les villages de Kabylie dans les années 1980. Leur quête et leur publication furent ardues à cause de la situation politique en Algérie entre 1992 et 2002, qui entraîna déplacements de populations et traumatismes liés au terrorisme.

Ces contes appartiennent, pour la plupart, à la littérature orale, ils sont généralement rapportés par les femmes. La société kabyle s’est ingéniée à décharger dans le fantasme le surplus de ses privations. Ainsi, l’amour banni, parce qu’il est absent, parce qu’il est en fuite le jour, est-il représenté majestueusement la nuit… à la lueur timide des dernières braises… La femme dans le conte ne figure pas seulement comme un objet de désir, elle est reflet de l’amour que le héros porte en lui.

Amour miroir choisi par l’homme pour s’y mirer, s’y qualifier.

Miroir idéal ou miroir monstrueux tant qu’iln’a pas atteint son but

Tassadite

Publié dans Manifestations culturelles | Pas de Commentaire »

 

Au fil des mots |
teresa |
Entre deux nuages |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lectures d'haabir
| Dans le Jardin des mots
| j'ai "meuh" la "lait"cture