Le café littéraire dénonce le vérouillage

Posté par coinlitteraire le 12 janvier 2011

verouillage.jpg 

          Le café littéraire que devait animer le sociologue Mohamed Brahim Salhi, le samedi 15 janvier 2011, au Théâtre Régional de Béjaia, autour de son livre, Algérie. Identité et Citoyenneté, n’aura pas lieu en raison d’une décision prise par le ministère de la Culture interdisant toute activité dans les établissements culturels pour une date indéterminée.

          Le verrouillage subit de ces espaces d’expression et de communication sociale aggrave plus qu’il n’abaisse les tensions sociales dont notre pays vient d’en faire dramatiquement les frais. Ce sont, justement, les restrictions des libertés publiques et le bâillonnement de la pensée critique, ajoutés aux injustices quotidiennes, qui sont souvent un prélude aux explosions sociales que nous vivons aujourd’hui et que nous risquons de revivre inéluctablement demain, si cette politique de négation des droits les plus élémentaires du citoyen demeure l’unique et inique réponse des autorités du pays, à quelque niveau que ce soit.

          Le Café Littéraire de Béjaia, considérant que la tradition de libre débat à l’instauration de laquelle il a  contribué pendant ses deux années d’existence, est résolu à reprendre ses activités le plus tôt possible afin que ces espaces d’expression puissent renouer avec leur vocation.

          Le Café Littéraire de Béjaia (Le 11 janvier 2011)

3 Réponses à “Le café littéraire dénonce le vérouillage”

  1. Cherif dit :

    Dommage, dommage, dommage.
    Notre unique fenêtre sur le monde littéraire que constitue pour nous ce Café littéraire va disparaitre? Non ! pas ça quand même !

    Ces après-midis littéraires nous permettaient de nous retrouver entre amis pour écouter un auteur et débattre avec lui du contenu de son livre : quel mal y a-t-il à cela ???

    Ce café littéraire se voulait un espace d’évasion, de culture, de promotion de nos écrivains et de tremplin pour toutes les personnes qui nourrissent le projet d’écrire.
    Nous avons tous des choses à dire et de préference à écrire pour les transmettre à nos petits enfants et arrière-petits-enfants.
    Nous sommes, pour certains, de la génération 50, 60 et 70, génération sacrifiée qui a vu tant de choses…

    Qu’allons nous faire ce samedi après-midi ??? faire une partie de dominos ? non ce n’est pas ma tasse de thé.
    En fait, nous allons, pour certains, lire et/ou écrire…

    Bon week-end quand même.

  2. Norfunk dit :

    un pays ouvert,une mentalité ouverte à la civilisation et à la culture,et une recherche de toute forme de connaissance, voila ce que tous pouvoir dictatorial a horreur,donc rien d’étonnant a cet interdissement,bientot y aura meme plus de livres de dispos lol

  3. Moh dit :

    Nous ne laisserons pas les chasseurs de lumières eteindre l’une des rares bougies qui illuminent le ciel sombre de Bejaia.

    Toute ma solidarité à la sympathique equipe du café et ma
    disponibilité pour toute action.

    Md.W

Laisser un commentaire