• Accueil
  • > Archives pour novembre 2010

«Etre Amazigh rime avec sens de l’honneur» :titre d’un livre de Youcef Allioui

Posté par coinlitteraire le 30 novembre 2010

youcefallioui.jpg

Interview réalisée par Tarik Djerroud

Auteur prolifique, Youcef Allioui demeure néanmoins un parfait inconnu en Algérie, excepté pour quelques initiés.

Dans cette interview, ce docteur éclectique dresse un constat sur le conte kabyle, la culture amazighe et l’identité nationale…

La Dépêche de Kabylie : Qui est Youcef Allioui ?

Youcef Allioui : J’ai vu le jour à Ibouziden sur les hauteurs d’Awzellaguen. A la fin de mon service militaire, en 1973, j’ai orienté ma carrière estudiantine vers Paris ou je fréquentais le Groupe d’Etudes et de Recherches Berbères de Vincennes ainsi que la Sorbonne, là ou j’ai rencontré Joseph Gabel qui me poussa à préparer un doctorat de sociologie et, dans la foulée, il me présenta Fernand Bentolila, mon mentor en linguistique berbère. Tout en enseignant, je travaillais aussi comme cadre financier et je participais au Groupe d’Etudes et de Recherches Berbères de Paris V, sous sa direction ; entre temps mon esprit comptable s’est émoussé. Avec l’enseignement et la sociologie, je me découvrais l’âme d’un psychologue.

Lire la suite… »

Publié dans Production litteraire | 1 Commentaire »

Lazhari Lebtar à Bgayet le 27 novembre

Posté par coinlitteraire le 24 novembre 2010

lazharicopie.jpg

 

Pour ce samedi 27 novembre à 14 heures au TRB

cl.jpg

a invité

labter.jpg

Journaliste, poète, écrivain et éditeur

Né à Laghouat (Sud algérien). Vit et travaille à Alger où il assume la direction de sa propre maison d’édition Lazhari Labter Editions, spécialisée en littérature jeunesse et BD (bande dessinée).

Publications

Novembre mon amour, poésie, Alger, 1978

Florilège pour Yasmina, poésie, 1981

Journalistes algériens, entre le bâillon et les balles, témoignage, l’Harmattan, Paris, 1995

Yasmina ou les sept pieds de mon collier d’amour, poésie, Barzakh, 2001

Retour à Laghoua , mille ans après Beni hilel , Edition el Ikhtilef, Alger, 2002

Le pied d’ébène de Belkis sur le pavé de cristal; poésie, Edition el Ikhtilef, Alger, 2005

Journalistes algériens 1986-1998: Chronique des années d’espoir et de terreur, Edition Chihab, Alger, 2005

Malika Mokeddem à part entière ( avec Malika Mokeddem), Edition, Sedia, 2007

La Cuillère et autres petits riens, Récit, Edition, Lazhari Labter, Alger, 2009

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

1er colloque des clubs littéraires

Posté par coinlitteraire le 11 novembre 2010

1er colloque des clubs littéraires :

La création d’un concours national de littérature recommandée

 http://www.algerie360.com/divertissement/1er-colloque-des-clubs-litteraire-la-creation-d%e2%80%99un-concours-national-de-litterature-recommandee/

Les participants aux 1er colloque des clubs littéraires, qui a regroupé jusqu’à lundi, à Mila, cinq clubs activant dans l’Est du pays, ont recommandé l’institution d’un concours national annuel de littérature.

Au terme de trois jours de travaux à la Maison de la Culture Moubarek El-Mili, les séminaristes ont également préconisé  »l’organisation régulière de cette rencontre qui devrait être consacrée, chaque année, à une grande figure de la littérature algérienne ou à l’un de ses aspects ».

La séance de clôture des travaux a donné lieu à un débat sur  »le rôle des clubs littéraires dans la dynamique du mouvement littéraire », animé par la poétesse Zoulikha Bounar du club de Jijel et Abdelhalim Mekhalfa de Guelma, ainsi que Hakima Abdelouahab du club Ahmed Ghoualmi de Mila.

Selon Abdelhalim Mekhalfa, la fonction des clubs littéraires est de constituer un espace d’échanges qui favorise la lecture et « bonifie l’expérience des écrivains débutants ».

Zoulikha Bounar a fait part de l’expérience du club de Jijel, animé par l’université et qui vient d’organiser, récemment, un séminaire sur « la littérature électronique ».

Il existe également à Jijel, un « club culturel arabe » animé par des étudiants venant de pays arabes, a précisé la même intervenante.

Un récital de poésie a été donné par plusieurs participants qui ont lu certaines de leurs créations.

Cette rencontre a regroupé de jeunes écrivains de Mila, Jijel, Guelma, Constantine et Batna.

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

L’humour dans la littérature algérienne : quelques exemples…

Posté par coinlitteraire le 10 novembre 2010

Lire la suite… »

Publié dans Actualites | 3 Commentaires »

Youcef Zirem. Je suis un citoyen du monde

Posté par coinlitteraire le 9 novembre 2010

youcefzirem.gif

Youcef Zirem

« Je suis un citoyen du monde »

Entretien réalisé par : Nouara NACER-KHODJA

Dans cet entretien accordé à La Nouvelle République, Youssef Zirem, journaliste, écrivain algérien établi en France, évoque son dernier roman, sa vie, ses projets. Lisons.

          La Nouvelle République : Votre nouveau livre vient de paraître en France. Voulez-vous nous éclairer sur son contenu ?
          Youssef Zirem : Mon nouveau roman, intitulé «Le Chemin de l’éternité», raconte l’histoire difficile d’une femme algérienne ; c’est, d’ailleurs, elle qui prend la parole pour dire son parcours chaotique et donner sa vision du monde et de la vie. Amina a été violée par son père, émir islamiste ; elle accouche de son enfant, qu’elle aime par dessus tout, elle va à l’université, sur les hauteurs d’Alger et, pour subvenir à ses besoins et à ceux de ses deux frères, elle est obligée de devenir prostituée de luxe. Amina passe par des moments insoutenables, avant de rencontrer Michel, un diplomate en poste à Alger, dont elle tombe amoureuse. Amina va, ensuite, enseigner la langue française dans un collège de Bab El Oued ; un collège qui porte le nom d’Albert Camus… Derrière l’histoire, mouvementée, de cette jeune fille, on voit défiler tout ce que les Algériens ont vécu ces derniers vingt ans ; on voit leurs déceptions et aussi leurs espoirs. Dans ce roman, il y a également des plongées historiques dans Alger ; certains épisodes importants de l’histoire de l’Afrique du Nord sont rappelés : c’est le cas de l’époque, florissante, des Hammadites qui ont donné, pour la première fois, les chiffres arabes aux Européens ; c’est à partir de Béjaia que les Européens ont amorcé leur réveil scientifique…

Lire la suite… »

Publié dans Production litteraire | 2 Commentaires »

Allures et ratures (par Hadj MIliani)*

Posté par coinlitteraire le 6 novembre 2010

screenshot052.jpg

 

Les données du paysage du livre sont connues de tous les spécialistes, mais mériteraient d’être davantage débattues.

sila.jpg          Pour l’Algérie, quelques données (encore partielles) sont essentielles pour configurer complètement le cadre général du propos (en dehors de l’édition proprement dite qui mérite à elle seule une étude particulière). Il s’agit de prendre en ligne de compte tout d’abord le poids du réseau public des bibliothèques, des librairies générales et des éditeurs publics et privés. En 2008, le ministère de la Culture recensait 331 salles de lecture et 182 bibliothèques communales en Algérie. Depuis, 120 bibliothèques ont été construites et 22 bibliobus acquis.

          Ce décompte ne comprend pas les bibliothèques universitaires, celles des établissements scolaires, des entreprises et des associations et institutions privées). Ces chiffres sont à considérer comme purement indicatifs, de nombreuses bibliothèques publiques ayant été construites dans le cadre des nouvelles structures urbaines édifiées ces deux dernières années.

          Cette identification générale pose néanmoins le problème de la nature de ces salles de lecture et du type des ouvrages proposés. À la même période, le ministère de la Culture répertoriait 67 libraires (au sens d’établissement dédié uniquement à la vente des livres) présents sur 23 wilayas (une moyenne de 1 à 5 dans ces wilayas, exception faite d’Alger). Enfin, 75 éditeurs sont listés également en 2008 par le ministère de la Culture, dont 14 seulement hors de la wilaya d’Alger. Cependant, en 2010, on recense 165 éditeurs déclarés au registre de commerce, ce qui signifierait que leur nombre aurait plus que doublé en deux ans. Il faut ajouter à ce panorama que des opérations exceptionnelles ont permis de «booster» le monde de l’édition par une certaine politique volontariste.

Lire la suite… »

Publié dans Week-End Litteraire | 2 Commentaires »

Kamal Daoud sera à Bgayet

Posté par coinlitteraire le 5 novembre 2010

affichekameldaoud.jpg

cafelitterairecopie.jpg

vous invite

 

à la conférence débat animée par

kamaldaoud.jpg

Journaliste romancier

Lauréat du Prix Mohamed DIB (Algérie)

le samedi 13 novembre à 14 heures au TRB

kamaldaoudlaurat.jpg

Lors de la remise de ce trophée, à l’auditorium de la Faculté de médecine « Docteur Benzerdjeb » de Tlemcen, la présidente de l’Association culturelle « la Grande Maison » a tenu à préciser, que « pour la 3ème session du Prix Mohammed Dib, décerné par la Fondation Dib, nous avons eu la joie de voir concourir un certain nombre de textes de bonne tenue, voire de très bonne tenue. Les jurés ont pu sélectionner quatre recueils de qualité. Il s’agit des textes : « L’Arabe et le vaste pays de ô » de Kamel Daoud, « Grenade » de Yamile Ghebalou Haraoui, le « Chuchotement des anges » de Kaouther Adimi, « Grains de folie » de Mohammed Houat.

Parmi ces recueils, celui intitulé « L’Arabe et le vaste pays de ô… » a suscité l’enthousiasme général et même une sincère admiration. Texte original et fort qui opère une passionnante alchimie où l’esprit d’analyse et un captivant travail métaphonique sont servis par une subite touche ironique, le tout pour traiter, avec pertinence et jubilation, du sujet épineux « qu’est-ce qu’être arabe aujourd’hui ? ». Et d’ajouter : « nous avons affaire à un écrivain qui saura s’affirmer dans le monde littéraire ».

Publié dans Week-End Litteraire | 1 Commentaire »

 

Au fil des mots |
teresa |
Entre deux nuages |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lectures d'haabir
| Dans le Jardin des mots
| j'ai "meuh" la "lait"cture