TRADITION DES OEUVRES ARTISTIQUES ET LITTÉRAIRES

Posté par coinlitteraire le 16 juin 2010

La légende de Despereaux en version kabyle 

De nombreuses oeuvres artistiques sont, aujourd’hui, traduites en tamazight…

tp10061606.jpg(Par Hadjer Guenanfa). Dda Spillu est désormais disponible sur le marché en Algérie. Il s’agit de la version kabyle d’un fabuleux film d’animation anglo-américain, réalisé en 2008 par Sam Fell et Robert Stevenhagen, La Légende Despereaux.
Dda Spillu (Despereaux Tilling dans la version anglaise), est un souriceau qui a un goût prononcé pour l’aventure. Celui-ci est né à Taddart n Sendur (le royaume de Dor dans la version originale), un village connu par le culte du potage. Chaque année, une gigantesque marmite était cuisinée.
On distribuait alors le contenu à la population du village. Mais cette espèce de tradition prendra fin le jour où un rat tombera dans la soupe. Despereaux ou encore Dda Spillu verra le jour bien après ce «fâcheux incident».
Son amitié avec la princesse sera la cause de son exil et de son emprisonnement. C’est l’équipe de Studio Double voice qui a effectué ce travail de traduction et d’interprétation. Dda Spillu n’est d’ailleurs pas le premier film d’animation traduit en tamazight par Studio Double voice. Celui-ci a déjà traduit Le Monde magique de Narnia, sorti sous le titre de Tamacahut n Narinia et Pucci, tiré de L’Age de Glace.
Avec ce studio, cette équipe basée à l’ex-Aïn El Hammam en Haute-Kabylie se lance dans une entreprise fort ambitieuse, celle de traduire des oeuvres artistiques algériennes et étrangères et les présenter dans la langue amazighe.
Parallèlement aux adaptations de quelques oeuvres artistiques par des jeunes visant à promouvoir la langue amazighe, des institutions voudraient se lancer dans la traduction des ouvrages écrits par des auteurs algériens en tamazight.
Cette question a été d’ailleurs abordée lors des travaux de la deuxième édition des Journées d’étude sur «l’évolution de l’amazighité langue et littérature en Algérie depuis l’indépendance», initiées par le Haut Commissariat à l’amazighité.
Selon le vice-directeur de l’enseignement, de la recherche et de l’évaluation de cette institution, Boudjemaâ Aziri, ce genre d’actions auront un effet positif sur le développement et la vulgarisation de la langue amazighe en Algérie.
Il fera savoir, également, dans une déclaration à l’Aps que le HCA avait reçu plusieurs propositions de traduction des oeuvres de certains auteurs algériens vers la langue amazighe en se basant sur les caractères alphabétiques latins, parmi lesquelles celles de Mouloud Maâmeri, Kateb Yacine, Mohammed Dib ou encore Tahar Djaout.
Le Haut Commissariat à l’amazighité avait précédemment publié de nombreux ouvrages sur la langue, la culture et la littérature amazigne.
Ainsi, Introduction à la littérature amazighe, écrit en français par Haddadou Mohand Akli et publié par le HCA, sera traduit prochainement en tamazight.

2 Réponses à “TRADITION DES OEUVRES ARTISTIQUES ET LITTÉRAIRES”

  1. Aqcic dit :

    widh ihemlene tamazight qedchene, wiyadh serouathene.Aouine isnene ekhdheme, aouine ounesine khra sousseme

  2. Redha dit :

    bien parlé agma !

Laisser un commentaire

 

Au fil des mots |
teresa |
Entre deux nuages |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lectures d'haabir
| Dans le Jardin des mots
| j'ai "meuh" la "lait"cture