Dominique Lamari à Bgayet le 29 mai

Posté par coinlitteraire le 27 mai 2010

dominiquelamari.jpg

Dominique Lamari

Psychothérapeute

animera le café littéraire autour de son livre

Le tri dans l’héritage familial

Samedi 29 mai à 14 heures

au Théâtre Régional de Bgayet

complication.jpg

(Source : Alter Echo). Superviseur et intervenante en institutions depuis presque vingt ans, pratique aujourd’hui en libéral dans différents contextes.

Créatrice du centre « Alter Echo », je reçois dans mon cabinet tout en ayant une pratique d »échange avec l’équipe du centre où sont proposées des thérapies multiples, complémentaires et inter actives dans une pratique originale et performante.

Formée en systèmie, puis aux outils gestaltistes, puis à la PNL, au « modèle Michel Facon « sur les conduites addictives, et à l’hypnose éricksonienne, j’ai conjugué ces diverses approches et j’ai créé mon propre modèle : PNL en systèmie, ou le tri dans l’héritage familial.

Aujourd’hui, je partage mon temps entre mon cabinet, les stages, formations, supervisions et confèrences en France et à l’étranger, et je suis l’auteure du livre sur mon modèle.

 ledoigt.bmp

Faire un tri dans l’héritage familial »… Pourquoi ? Dominique LAMARI ne nous invite pas ici à un inventaire notarié mais à une exploration du moi intime, en tant que psychothérapeute, effectué lors d’une expérience collective dans un cadre invitant, sinon au farniente, du moins à une détente nécessitée par l’expérience.

Pour nous, lecteurs non spécialistes, un tel ouvrage ne sera-t-il pas obscur, voire abscons ? Eh bien non ! Dans un style fort agréable à lire, sachant allier l’élégance à la rigueur scientifique, Dominique LAMARI sait mettre à la portée de chacun, même des néophytes, les notions qu’elle a ainsi explorées et les découvertes résultant des expériences ainsi pratiquées.

C’est pourquoi, sur le plan littéraire, cet ouvrage peut fort bien se lire comme un récit captivant, au point d’inciter le lecteur à effectuer des retours sur lui-même, à s’interroger sur son propre vécu, sa personnalité, ses réactions, voire à remettre en question son quotidien. Telle était la réflexion que je me faisais personnellement en parcourant avec passion – le mot n’est pas trop fort – un ouvrage dont l’auteure sait cultiver un talent rare : celui de mettre à la portée de profanes des techniques et des concepts à priori réservés à une élite spécialisée. Tel n’est pas ainsi le moindre mérite de cet ouvrage.

Ouvrons-le donc et laissons-nous emporter… Thierry Rollet, Scribo

12 Réponses à “Dominique Lamari à Bgayet le 29 mai”

1 2
  1. Cherif dit :

    Bienvenue à Bejaia, pour le Groupe de professionnelles spécialisées en relation d`aide, psychothérapies et formations spécifiques, en compagnie de Madame Lamari Dominique.
    http://www.alterecho.org/index.htm

    Madame L. Dominique nous offrira l’occasion de penetrer les secrets de la psychotherapie à travers son experience professionnelle en nous ouvrant les pages de son ouvrage :
    « Le tri dans l’héritage familial et la colline aux aïeux » éditions dédicaces

    Faire un tri dans l’héritage familial »… Pourquoi ? Dominique LAMARI ne nous invite pas ici à un inventaire notarié mais à une exploration du moi intime, en tant que psychothérapeute, effectué lors d’une expérience collective dans un cadre invitant, sinon au farniente, du moins à une détente nécessitée par l’expérience.

    Pour nous, lecteurs non spécialistes, un tel ouvrage ne sera-t-il pas obscur, voire abscons ? Eh bien non ! Dans un style fort agréable à lire, sachant allier l’élégance à la rigueur scientifique, Dominique LAMARI sait mettre à la portée de chacun, même des néophytes, les notions qu’elle a ainsi explorées et les découvertes résultant des expériences ainsi pratiquées.

    C’est pourquoi, sur le plan littéraire, cet ouvrage peut fort bien se lire comme un récit captivant, au point d’inciter le lecteur à effectuer des retours sur lui-même, à s’interroger sur son propre vécu, sa personnalité, ses réactions, voire à remettre en question son quotidien. Telle était la réflexion que je me faisais personnellement en parcourant avec passion – le mot n’est pas trop fort – un ouvrage dont l’auteure sait cultiver un talent rare : celui de mettre à la portée de profanes des techniques et des concepts à priori réservés à une élite spécialisée. Tel n’est pas ainsi le moindre mérite de cet ouvrage.

    Ouvrons-le donc et laissons-nous emporter… Thierry Rollet, Scribo

    http://www.dedicaces.ca/catalogue-index.html

    Cherif

  2. Dr X dit :

    Pourquoi allez-vous si loin pour nous ramener une clinicienne alors qu’il existe une pléthore de cliniciens de renom en Algérie et en notre région et que même l’association des psychiatres de la wilaya de Bejaia assure la formation et le perfectionnement dans la psychologie clinique.Je n’ai rien contre cette dame mais je me questionne sur les choix de vos invités.
    Bon courage quand meme.

  3. Cherif dit :

    Le Café litteraire n’a pas été nulle part pour ramener une clinicienne. Madame Lamari Dominique a été invitée en sa qualité d’auteure et non pas de clinicienne.Elle est venue parler de son livre. Venue de loin en compagnie de ses trois consoeurs à leurs frais. Le café litteraire n’a pas déboursé un seul dinar. Madame Lamari mariée à un bougiote vient souvent à Bejaia, chez elle. Elle a assisté à un café litteraire il y a deux mois environs. Elle s’est proposée spontanement pour parler de son livre qui venait d’être publié. L’équipe du Café litteraire l’ont encouragée à venir parler de son livre.
    Voilà, comment Madame Lamari et ses trois consoeurs nous ont fait l’honneur de venir animer un après-midi « psy-litteraire », totalement sympa.
    Mais sinon, qui a dit que nous manquons de cliniciens de haut niveau chez nous ?
    En fait, de quoi je me mèle, je ne suis qu’un ami du Café litteraire, au même titre que vous Docteur. Mais, j’ai pensé que c’est mieux de dire ceci que de laisser planer un malentendu.
    Avec tous mes respects à votre corporation.
    Soyez certain que nous, citoyens lambda, n’irons pas loin de Bejaia pour nous soigner en cas de besoin.
    Le Val-de-Grace affiche complet.

    Cordialement.
    Un ami du C.L

  4. Cherif dit :

    Pardon, je voulais dire :
    Le Café litteraire « n’a été nulle part » et non « n’a pas été nulle part »

  5. Socrate dit :

    Bonne idée ce café littéraire et le support du blog.J’ai assisté à cette conf,il n’ya rien d’original.Ah ces Français !Que ne feraient-ils pas pour être vus et médiatisés.Adughalegh nchallah

  6. Anonyme dit :
  7. Dominique Lamari dit :

    Bonjour,

    Bougiotte à mes heures et fière de l’être, j’ai eu beaucoup de plaisir à partager UN LIVRE avec vous entourée de mes collègues et amies, et pour ceux qui n’ont rien vu de nouveau, je les mets au défi de découvrir mon travail avant de le comparer, puisque concrètement en en parlant ainsi ils sont en contradiction avec tous les professionnels qui utilisent aujourd’hui cette méthode à travers le monde.
    Et je salue au passage avec grand plaisir mes amis de l’association de Béjaïa avec qui j’ai des liens à travers formations, conférences et ateliers que j’ai donné à leurs congrès et avec qui personne ne me mettra en conflit, encourageant ceux qui en ont besoin à contacter ces personnes de grande qualité….
    Quant à ma partie française, elle est suffisamment médiatisée pour que je n’ai pas besoin d’être en recherche ! Mais merci de penser à ma pub au cas où, cher Monsieur Socrate…
    Dans tous les cas, le plaisir pris est définitif et je remercie encore mes amis du café littéraire qui s’investissent tant pour VOUS avant tout ! Saluons ce don de soi avant de critiquer, l’Algérie a besoin de belles personnes et il en existe beaucoup, reconnaissons-les dans leur enthousiasme et leurs efforts, ce qu’ils font est tout simplement magnifique… Bravo à eux de façon inconditionnelle.

  8. Anonyme dit :

    et oui dominique lamari est une rock star en france lol

  9. nounou dit :

    chers bougiottes ne soyez pas surtout trop méchants avec ma chére belle soeur qui est une femme trés simple et gentille malgré sa grande notoriété et croyez moi c’est une femme qui a un grand mérite et vous pouvez être fiers de la connaitre . Et je ne lui lèche pas les bottes, c’est juste la simple vérité. Et je l’encourage dans toutes ses démarches alors habitants de béjaia soyez courtoie et galant; que cette femme soit française ne lui enlève en rien le mérite de son livre et d’autant plus qu’elle est à moitié algérienne puisqu’elle est mariée à un algérien qui est un battant comme elle. je t’embrasse au passage à dominique et mon frère aussi. et bonne continuation, vive BEJAIA.

  10. Réponse à Nounou dit :

    Cher(e) Nounou

    Pardonnez-moi si je ne devine pas, à travers votre surnom, si vous êtes une femme ou un homme. Avant tout, je vous remercie de votre visite dans ce blog qui se veut un espace d’échange et de culture.
    Soyez rassuré(e) que les Bougiotes sont naturellement hospitaliers et sont renommés pour leur légendaire courtoisie que votre belle-sœur a dû certainement relever lors de son passage au théâtre de Bejaia. Votre rappel ne fait que renforcer votre attachement, qui est aussi celui de tous les Bougiotes, aux valeurs ancestrales de cette région célèbre pour son raffinement et sa culture millénaire. Votre belle-sœur ainsi que tous les visiteurs dans notre ville bénéficieront du meilleur accueil qui leur est dû même s’ils n’ont aucune attache familiale avec les Bougiotes.
    Madame Dominique Lamari est éligible à la citoyenneté Bougiote dès sa première visite dans la ville de Bgayet, Bejaia , Bougie.
    Amicalement

1 2

Laisser un commentaire

 

Au fil des mots |
teresa |
Entre deux nuages |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lectures d'haabir
| Dans le Jardin des mots
| j'ai "meuh" la "lait"cture