Fatima BAKHAI sera à Bgayet le 03 avril 10

Posté par coinlitteraire le 21 mars 2010

bakhaiizuran.jpg

bakhai.jpg

 animera le Café Littéraire

du samedi 03 avril 2010 à 14 heures

au Théâtre Régional de Bgayet

entre.jpg

laplumesergentmajor.jpg

bakhaifatima.jpg

izuran.jpg

Je reprends une petite recherche effectuée par notre ami Chérif qui contribuera à éclairer les amis du Café Littéraire sur le profil de notre conférencière. Que Chérif trouve ici nos remerciements les plus vifs pour cette idée géniale.

un petit lien concernant Mme Fatima BAKHAI http://is.gd/aVSZf 

Fatema Bakhaï
Une auteur oranaise d’aujourd’hui.”La scalera”, qui a été publié chez l’Harmattan, et aussi aux éditions Dar el Gharb, une maison oranaise d’esprit ouvert (comme les textes de Fatema Bakhaï). Dans la Scalera, on a un tableau de la vie du petit peuple d’Oran, toutes origines confondues, durant presque tout le 20ème siècle, à travers l’histoire d’une femme. On y retrouve la saveur du vécu, très justement restituée. Ces livres et d’autres étaient présentés au Salon du Maghreb des Livres, les 8 et 9 novembre 2003, à l’Hôtel de Ville de Paris.

http://is.gd/aVT6s

bakhaif.jpgLa dignité est rarement absente chez les personnages qui peuplent cette œuvre de plus de 300 pages. Elle ranime des périodes du grand pays imazighen, porte l’éclairage sur des fragments d’odyssées enterrés, donne consistance à des êtres mis au rebut parce qu’insoumis à l’ordre établi des arènes du mythe. Sa plume réhabilite l’émotion dans ses dimensions simples, à l’échelle de l’homme du peuple. Fatima ne fait pas pour autant la révolution, ce n’est pas son rôle, elle ne se revendique d’aucune avant-garde, ne hisse aucun étendard excepté l’étendard de la sincérité. Il n’y a pas d’effets spéciaux dans ses rappels de faits et ses métaphores, seulement elle ne s’embarrasse aucunement de faire des crocs-en-jambe aux détenteurs de l’immobilisme. Bakhaï est dans la quête de l’authentique est l’authentique cela n’est jamais une histoire truffée de vérités en trompe-l’œil et de certitudes poussives mais un florilège d’itinéraires flamboyants, d’états d’âme doucereux et de vertiges violents. L’écrivaine introduit un peu d’ordre dans la perception des choses, explique à sa manière — la manière du poète — le pourquoi de quelques querelles, s’insurge — l’insurrection du poète — contre des intolérances, laisse libre cours à ses impressions, s’exalte un peu, rappelle ses blessures dans les territoires de la mémoire confisquée. Son livre, fort bien documenté, oscillant entre histoire et fiction donne un sens à un foisonnement de signes locaux, des signes qui irriguent les héritages communs : âpres, tourmentés, enrichissants. Dans une heureuse construction organique, l’œuvre littéraire mêle en mode créatif le témoignage du vécu et la conscience entravée, les dépossessions multiples et l’espérance, plus forte que tout, de relire autrement une saga gonflée de non-dits.

 

4 Réponses à “Fatima BAKHAI sera à Bgayet le 03 avril 10”

  1. Cherif dit :

    un petit lien concernant Mme Fatima BAKHAI
    http://home.nordnet.fr/~jcpillon/piedgris/Auteurs/auteursoranais.html

    Fatema Bakhaï
    Une auteur oranaise d’aujourd’hui. »La scalera », qui a été publié chez l’Harmattan, et aussi aux éditions Dar el Gharb, une maison oranaise d’esprit ouvert (comme les textes de Fatema Bakhaï). Dans la Scalera, on a un tableau de la vie du petit peuple d’Oran, toutes origines confondues, durant presque tout le 20ème siècle, à travers l’histoire d’une femme. On y retrouve la saveur du vécu, très justement restituée. Ces livres et d’autres étaient présentés au Salon du Maghreb des Livres, les 8 et 9 novembre 2003, à l’Hôtel de Ville de Paris.

    http://www.dailymotion.com/video/x6rkjo_la-suite-de-fatima-bakhai-oran-2_music

    La dignité est rarement absente chez les personnages qui peuplent cette œuvre de plus de 300 pages. Elle ranime des périodes du grand pays imazighen, porte l’éclairage sur des fragments d’odyssées enterrés, donne consistance à des êtres mis au rebut parce qu’insoumis à l’ordre établi des arènes du mythe. Sa plume réhabilite l’émotion dans ses dimensions simples, à l’échelle de l’homme du peuple. Fatima ne fait pas pour autant la révolution, ce n’est pas son rôle, elle ne se revendique d’aucune avant-garde, ne hisse aucun étendard excepté l’étendard de la sincérité. Il n’y a pas d’effets spéciaux dans ses rappels de faits et ses métaphores, seulement elle ne s’embarrasse aucunement de faire des crocs-en-jambe aux détenteurs de l’immobilisme. Bakhaï est dans la quête de l’authentique est l’authentique cela n’est jamais une histoire truffée de vérités en trompe-l’œil et de certitudes poussives mais un florilège d’itinéraires flamboyants, d’états d’âme doucereux et de vertiges violents. L’écrivaine introduit un peu d’ordre dans la perception des choses, explique à sa manière — la manière du poète — le pourquoi de quelques querelles, s’insurge — l’insurrection du poète — contre des intolérances, laisse libre cours à ses impressions, s’exalte un peu, rappelle ses blessures dans les territoires de la mémoire confisquée. Son livre, fort bien documenté, oscillant entre histoire et fiction donne un sens à un foisonnement de signes locaux, des signes qui irriguent les héritages communs : âpres, tourmentés, enrichissants. Dans une heureuse construction organique, l’œuvre littéraire mêle en mode créatif le témoignage du vécu et la conscience entravée, les dépossessions multiples et l’espérance, plus forte que tout, de relire autrement une saga gonflée de non-dits.

    COPIER / COLLER

  2. 3emi Said dit :

    Azul, Bonjour a tous.
    commençons par souhaiter la bienvenue a Mme Bakhai.

    Une suggestion : peut-on accueillir les inviter en Musique?

    http://www.youtube.com/watch?v=HG_WSC93fm4 ou…
    http://www.dailymotion.com/video/xb3tjp_cherif-kheddam-vgayeth-thelha_music

    enfin, c’est juste une suggestion!!!
    Mes amities.

  3. 3emi Said dit :

    Pardon, c’est encore ce jeune 3emi…
    je voulais ecrire ‘les invités’ au lieu de ‘les inviter’.
    quand a ‘accueillir’ c’est clair que c’est en un seul mot…, non juste pour rire!!! Salut.

  4. Cherif dit :

    Mais bien sûr que l’on devrait le faire.
    Oui accueillir en musique bien choisie.
    Cherif Kheddam, c’est bien reflechi, car il chante Bgayeth thelha…….
    Le Café litteraire avec une musique de générique !!!
    Moi aussi je ne fais que suggerer…
    http://www.dailymotion.com/video/xb3tjp_cherif-kheddam-vgayeth-thelha_music

Laisser un commentaire

 

Au fil des mots |
teresa |
Entre deux nuages |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lectures d'haabir
| Dans le Jardin des mots
| j'ai "meuh" la "lait"cture