Yamilé Guebalou-Haraoui au TRB

Posté par coinlitteraire le 9 mars 2010

yamil.jpg

guebalou.jpg

Yamilé Guebalou-Haraoui

invitée du Café littéraire

Soyez au rendez-vous

le samedi 13 mars à 14 heures

Théâtre Régional de Bgayet

Yamilé Ghebalou-Haraoui, née à Cherchell, enseignante au département de français à l’université d’Alger, essaie d’expliquer en publiant son premier roman intitulé Liban ; «Liban», ça tire l’oeil comme un grand drapeau symbole d’un renouveau de liberté claquant dans le vent de la tourmente meurtrière de la fin des années 70.

Lecture-Grenade de Yamilé Ghebalou-Haraoui

Fragances écrites

Comme une rivière qui coule vers sa mer, une prose éclatante de couleurs se noie dans l’ordinaire. Onze nouvelles qui se présentent comme autant de toiles abstraites.

(Par Zineb Merzouk. El Watan). Yamilé Ghebalou-Haraoui, l’âme enfiévrée de poésie, déroule un nuancier de couleurs flamboyantes. Les thèmes sont variables, mais tournent principalement autour des femmes, de leurs vécus, de leurs pensées… Dans ce recueil chargé de fragrances, l’auteur s’attarde particulièrement sur les fleurs : lys, jasmin, glycines… Si présentes et si bien exprimées qu’on peut humer leur parfum au détour de chaque page. Le rosier rayonne de beauté. Sous la rosée matinale ou à la douce lumière du crépuscule, il s’étend et prend vie dans Grenade, la nouvelle qui a donné son nom au recueil, et tend l’oreille aux murmures d’Abdellah dans les magnifiques jardins d’un palais. Le personnage s’adresse à ce rosier aux odeurs enivrantes comme on parle à l’Absolu. Il personnifie la beauté céleste, ou peut-être le désir de vivre, le renouvellement… « L’empreinte du beau ne peut s’effacer ‘‘et elle renaît’’ toujours à chaque printemps comme toi rosier, aussi fugace et aussi persistante ». Abdellah se souvient de ses femmes, épouses et concubines, chavirantes de beauté, fidèle ou non, mais qui, toutes, ont accepté de partir, même à contrecœur. C’était à la veille d’un drame. Et on imagine bien la chute de sa ville. D’un verbe léger mais lourd de sens, Yamilé Ghebalou-Haraoui étend les souvenirs de ses personnages. Pour ces derniers, les objets du quotidien prennent vie dans Les choses. Le silence devient confortable et tumultueux dans Renaissance, lorsque le bord du monde est atteint. Dans Temps végétale, un arbre centenaire raconte sa vue et les gens qui, génération après génération, l’aimaient et le respectaient ou d’autres qui ont arraché et détruit ce qui a été planté par leurs parents. L’arbre les craint et parfois, rien ne le rassure. Pas même les paroles du temps qui lui dit : « le temps pur, c’est toi. Mais nul ne te voit ainsi. Les yeux de l’habitude ne peuvent voir la primordialité des arbres et leur lent voyage de témoins. » Si la solitude s’insinue dans les moindres interstices de ce recueil, les personnages ne semblent pas pour autant décidés à céder à l’incertitude. L’auteur leur prête un peu de mélancolie, mais jamais de désespoir. La nature reprend toujours ses droits. L’espoir est toujours enfoui quelque part, dans un regard, un souffle de vent, la blancheur d’un lys, ou la flamboyance d’une rose. La vie, au fond, ne cède jamais à rien, si ce n’est à la mort, un cheminement naturel autant qu’un passage essentiel au renouvellement. Avec la plume de Yamilé Ghebalou-Haraoui, le tragique revêt souvent un doux éclat. Son écriture sensible cède volontiers au lyrisme. L’ordinaire est relaté comme un long poème saccadé. A chaque mot sa valeur, mais à tous les mots un millier de portées. Onze nouvelles qu’on peut interpréter, au final, de différentes manières. Le lecteur, selon sa sensibilité, son vécu et sa volonté, les lira dans sa langue, intime et intraduisible… C’est ainsi que tout peut prendre un sens

4 Réponses à “Yamilé Guebalou-Haraoui au TRB”

  1. Amina dit :

    Ouanicitse tha mekhlouktagui ? En-negh ?

  2. Cherif dit :

    Amina bonjour,

    Waqila tha mekhlouktaqui en-negh.
    Je crois que oui.
    Mais afin de vous en assurer, vous êtes cordialement invitée à venir lui poser la question vous-même et directement à Madame Yamilé Guebalou-Haraoui, ce samedi 13 mars à 14 Heures au TRB (Théatre Régional de Bejaia)
    Bienvenue sur le blog.
    Et prière d’en informer tous les passionnés de la litterature pour venir nombreux.

  3. Ouahdi Yacine dit :

    Où peut-on avoir le programme du café litteraire svp ?

  4. Cherif dit :

    Bonjour Yacine,

    Programme du Café litteraire de Bejaia ? C’est dans ce blog. Ici-même. Ou encore sur facebook taper café litteraire Bejaia, site administré par notre animateur S. Zahir.
    Parfois une affichette à l’entrée du Café Abdelli (en face bloc administratif)…

Laisser un commentaire

 

Au fil des mots |
teresa |
Entre deux nuages |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lectures d'haabir
| Dans le Jardin des mots
| j'ai "meuh" la "lait"cture