• Accueil
  • > Archives pour janvier 2010

Rions !

Posté par coinlitteraire le 30 janvier 2010

Pour éviter de sombrer dans la monotonie comme le sont certains blogs TROP sérieux, alors j’ai pensé que l’on pourrait récolter quelques blagues assez croustillantes du monde littéraire.

J’ouvre le bal avec une vieille blague qui m’est revenue.

Flâneries 

C’est un jeune homme qui veut éditer des poèmes qu’il a intitulés «  Flâneries » mais il n’arrivait pas à trouver un éditeur. Sur les conseils de quelques amis, il s’adresse à un éditeur qui semble moins pointilleux que les autres. Il lui propose le manuscrit et l’éditeur lui promet de lui rendre sa décision dans les plus brefs délais.

Quinze jours après, le jeune homme vient s’enquérir auprès de l’éditeur. Celui-ci lui dit :

- vos poèmes sont magnifiques mais il ya juste un petit problème au niveau du titre. Ce serait parfait si vous enleviez les 2 premières lettres !

irire7.png

__________

Qu’attendez-vous pour envoyer les vôtres ? A vos plumes !

Contact: ledemocrate@hotmail.fr

Publié dans Humour | 2 Commentaires »

Conte d’Amour et d’Amitié (par Saïd Keracheni)

Posté par coinlitteraire le 27 janvier 2010

keracheni.jpg

Toutes les femmes du monde sont belles et charmantes parce qu’elles ressemblent toutes à ma mère

Cette phrase est de Saïd Kéracheni, un jeune écrivain qui vient de publier un livre qu’il a intitulé :

Contes d’Amour et d’Amitié

Voici ce que dit notre ami sur son livre avant de nous livrer le résumé:

untitled.bmpC’est avec un honneur et une grande joie, pour moi, de me permettre de vous faire découvrir mon livre intitulé: « Contes d’amour et d’amitié », pour tous. Ces contes dont  nous sommes les héros impliqués où visés chacun dans son rôle, dans sa force ou sa faiblesse .On ne peut donner que ce que l’on possède et celui qui a perdu ce qu’il possède ne peut rien donner. C’est dans ce cas là que mon conte vous amènera à reconnaitre que les qualités de quelqu’un si elles sont avérées.

Résumé du livre

Eternel féminin ou féminin sacré… De quelque point de vue que l’on se place, la femme demeure la clef de voûte de ce monde. Et ce, en dépit des défauts qu’on lui impute, réels ou imaginaires, en dépit du mépris ou des mauvais traitements dont elle est parfois l’objet. Définir la femme, c’est parler de la mère, de l’épouse ou l’amante, de la sœur et de la fille à la fois, car elle peut assumer à elle seule ces différents rôles. Le tout en un…indétrônable, universel, mystérieux et insaisissable parfois, mais indispensable à l’homme qui, trop souvent, inconscient de ce que la vie lui offre, se contente d’un petit sourire, narquois ou chaleureux, en guise de remerciement. Dans cette danse qu’est la vie, dans ce monde perturbé, déboussolé, il faut redonner leur place au respect, à l’amour et à l’amitié… pour le bien de tous.

Soyez aussi témoins ou jury comme il vous sied ! Compatissants ou partisans ! De la légitime complainte ou exagérée du vin ! On vous demandera au passage un arbitrage scrupuleux mais juste, dans le conflit du siècle qui oppose depuis toujours le café et le thé…

Publié dans Production litteraire | 4 Commentaires »

Nourredine Kebiche. Un jeune poète emergent

Posté par coinlitteraire le 19 janvier 2010

0306amazigh.jpg

«Taqbaylit-iw»,

premier recueil de Nourredine Kebiche

(Par hafit Zaouche). Taqbaylit-iw (mon kabyle) est le titre du premier recueil de poésie que vient de publier en langue amazighe Nourredine Kebiche.

Nourredine Kebiche est né en 1983 à Lota dans la commune de Souk El Tenine, wilaya de Béjaïa. Il est issu d’une famille modeste. Comme la majorité des familles en Kabylie. Leur modestie matérielle n’a pas cédé à la tentation des économies ; ces nombreuses familles montagnardes ont su garder et respecter «le Mot» Ce même «Mot» qui est le fondement d’une culture plusieurs fois séculaire. Une culture qui jaillit des coeurs vieux comme le temps. Sensible à la parole et qui titille ces mêmes coeurs et ces montagnes de Souk El Tenine qui l’ont vu naître et grandir, Nourredine n’a pu échapper à sa traditionnelle culture orale que la Kabylie véhicule depuis des lustres. Ce recueil (90 pages format moyen), comprend plusieurs poèmes. » Il s’agit d’un ensemble de poèmes dont la source d’inspiration reste une enfance riche en événements et qui expriment une multitude de sentiments assez vifs », nous a déclaré Nourredine Kebiche, ajoutant que ses poèmes « revêtent diverses dimensions et interprétations ». Et d’ajouter : « Mon expérience poétique, je l’ai entamée depuis mon jeune âge, maintenant est venu le temps de compiler le tout en un recueil pour pourvoir développer cette tendance et embrasser d’autres horizons ». «Tayri-nnegh» (notre amour), «imeghban » (les misérables), «Muqel» (regarde), «Tafsuyt» (printemps), «Uccen» (Chacal), «Awal» (mot) sont autant de poèmes qui récitent les différentes préoccupations de la jeunesse. Le recueil est préfacé par Nacer Medjdoub, enseignant de langue et culture amazighes, et qui estime quant à lui, que le poète reste  » moulu par le souci d’une cause qui traîne, ne parvenant pas à tenir debout et cette même cause qui n’est jamais terne, et ne sera jamais terne. Le poète ne cesse de se lancer sur des chemins en quête d’allègement ou de remèdes, ou pour porter espoir « , dit-il

Publié dans Poesie libre | 1 Commentaire »

Habib Ayyoub sera à Bgayet le 23 janvier 2010

Posté par coinlitteraire le 10 janvier 2010

habibayoub.jpg

Il est des livres qui vous marquent et laissent sur votre esprit une trace indélébile. Il est des auteurs qui vous enchantent par leur style et vous fascinent par leurs œuvres. Ce sont, de prime abord, ces pensées qui hantent notre raison à la lumière de la lecture de deux récits écrits par Habib Ayyoub. De son vrai nom Abdelaziz Benmahdjoub, Habib Ayyoub est né le 15 octobre 1947 à Takdempt et habite désormais à Dellys. Après des études de sociologie, il se lance dans les études de cinéma, TV et radio à l’INSAS de Bruxelles. Il écrit des scénarios, quelques courts métrages. Il devient correspondant du quotidien « Le Jeune Indépendant » puis journaliste économique au journal « Liberté ».

Soyez au rendez-vous

le samedi 23 janvier 2010 à 14 heures

au Théâtre Régional de Bgayet

Publié dans Debats litteraires | Pas de Commentaire »

Amine Zaoui sera à Bgayet le 13 février 2010

Posté par coinlitteraire le 3 janvier 2010

zaouifin1.jpg 

Biographie de Amin Zaoui

Journaliste et écrivain.

Né en Algérie, en 1956, Amin Zaoui est écrivain et universitaire. Exilé en France durant dix ans, il n’est rentré en Algérie qu’en 2000 où il a dirigé la Bibliothèque nationale. Son programme de conférences et de manifestations diverses, trop ouvert aux écrivains et intellectuels de tous horizons, a cependant beaucoup déplu. Amin Zaoui a été limogé de son poste en octobre 2008, ce qui a provoqué un grand malaise dans les milieux intellectuels de tout le monde arabe. La bibliothèque nationale était un des derniers lieux véritablement ouvert à la liberté d’expression en Algérie. Depuis, Amin Zaoui se consacre à l’écriture.Chez Fayard, Amin Zaoui a publié Festin de mensonges en 2007, traduit en anglais, italien, albanais et serbe.

L’Express

« Une dénonciation tout en finesse, mêlant fiction et réalité, prose et poésie, dans un style incantatoire empreint de sensualité. »

Le Point

« La réussite d’Amin Zaoui est bien de faire grandir ce personnage à son pays, en même temps qu’à lui-même. »

Le Théâtre Régional de Bgayet

vous informe que le rendez-vous avec Amine Zaoui

est programmé pour le samedi 13 février à 14 heures.

Que nos amis du Cercle « Café Littéraire » viennent nombreux

Publié dans Week-End Litteraire | 5 Commentaires »

 

Au fil des mots |
teresa |
Entre deux nuages |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lectures d'haabir
| Dans le Jardin des mots
| j'ai "meuh" la "lait"cture