Bgayet. El-Mouhoub Jean Amrouche.

Posté par coinlitteraire le 14 avril 2009

47è ANNIVERSAIRE DE LA MORT DE MOUHOUB-JEAN AMROUCHE

L’Homme aux multiples facettes

Jean Amrouche ne cessait à la Radio suisse, Lausanne et Genève, de plaider de 1958 à 1961 la cause algérienne.

mouhoubamrouche.jpg(Par Idir Ammour). La Journée nationale du savoir et de la science Youm El Ilm, qui coïncide avec le 16 avril de chaque année, sera célébrée, comme à l’accoutumée, par diverses manifestations culturelles à l’échelle nationale. L’évocation à cette occasion du parcours de Cheikh Abdelhamid Ben Badis a toujours été hautement illustrative de l’intérêt accordé par les institutions et des associations confondues à cette personnalité, c’est ainsi que chaque année ils mettent sur pied et peaufinent un programme à l’occasion de la célébration de cette journée symbolique du savoir. Par ailleurs, l’occasion était propice pour les autres, à l’instar de ces jeunes de l’association Amusnaw de Tizi Ouzou et l’association de Jean et Taous Amrouche d’Ighil Ali, qui se sont regroupés, pour mettre également tout leur enthousiasme en marge de cette célébration de Youm El Ilm, pour commémorer le 47e anniversaire de la mort de Jean Amrouche, une opportunité pour rendre un grand hommage à ce grand homme aux multiples facettes.

 

 L’objectif est avant tout de cerner «la complexité de ce personnage à la fois fascinante et problématique». De fait, Jean Amrouche fut un poète, un écrivain, un critique littéraire, un penseur, un homme de radio, un humaniste engagé, un homme de dialogue, de justice et de paix; il fut aussi un homme «déchiré» entre deux cultures. Ainsi, c’est une manière pour eux de relancer l’action culturelle presque inexistante dans ces contrées montagneuses. Plusieurs compétitions culturelle, artistique, scientifique et éducative seront au programme. Justement le moment phare de ces festivités commémoratives sera les conférences ayant pour thème «Fadhma At Mansour et Jean Amrouche» qui le symbolisera le mieux que, madame Amhis en l’occurrence. Et «Jean Amrouche, poète et combattant de la liberté», qui sera animée par M.Ali Sayed. Selon les initiateurs, une exposition sur la personnalité de Jean Amrouche et une autre mettant en valeur le talent et la force créatrice des artistes locaux seront au menu. De son nom Jean El-Mouhoub Amrouche, Jean Amrouche est né le 7 février 1906 en Kabylie, au village d’Ighil Ali. La colonisation a fait de lui un chrétien avec le français comme langue, ce qui lui donna le sentiment d’être exilé dans son propre pays. L’image de l’innocence perdue et de l’enfance hante sa poésie, toute à la recherche de lumière. En exprimant en français les Chants berbères de Kabylie, il en fait un trésor de la poésie universelle. Après de brillantes études secondaires à Tunis, Jean Amrouche entre à l’Ecole normale de Saint-Cloud. Il est ensuite professeur de Lettres dans les lycées de Sousse, Bône et Tunis, où il se lie avec le poète Armand Guibert, et publie ses premiers poèmes en 1934 et 1937. Pendant la Seconde Guerre Mondiale il rencontre André Gide à Tunis et rejoint les milieux gaullistes à Alger. Jean Amrouche réalise simultanément de très nombreuses émissions littéraires, sur Tunis-R.T.T, Radio France Alger, et surtout Radio-France-Paris, dans lesquelles il invite les philosophes, poètes, romanciers et artistes de grande renommée. Il est l’inventeur d’un genre radiophonique nouveau dans la série de ses entretiens, notamment avec André Gide, Paul Claudel, François Mauriac, et Giuseppe Ungaretti. Après avoir été mis à la porte de Radio France par le Premier ministre de l’époque, alors qu’il sert d’intermédiaire entre les instances du Front de libération nationale algérien et le général De Gaulle dont il est un interlocuteur privilégié, Jean Amrouche ne cessait à la Radio suisse, Lausanne et Genève, de plaider de 1958 à 1961 la cause algérienne. Il meurt d’un cancer quelques semaines après l’accord de cessez-le-feu, le 16 avril 1962 à Paris.

3 Réponses à “Bgayet. El-Mouhoub Jean Amrouche.”

  1. zerzour dit :

    je croi ke c un crétien

  2. Mouhoub N'Aith Oughlis dit :

    Oui, vous ne saviez pas que ce grand monsieur etait un chretien ? Il est bel et bien chretien et vous saurez pourquoi si vous lisez l’histoire de la vie de sa mère « histoire de ma vie » de Fadhma Ait Mansour.
    Une histoire dechirante comme l’était le coeur de El Mouhoub Jean Amrouche, dechiré entre deux cultures.

    Par contre c’est un être humain d’une très grande valeur. Lisez ce livre et revenez nous faire part de vos ressentis.
    Je vous promets que vous changerez d’avis, en ne faisant plus cas de ses sentiments religieux ou de son appartenance religieuse.

    Je conseille à tous le livre « histoire de ma vie » de Fadhma Aith Mansour, mère de El Mouhoub et Taos Amrouche. Vous pouvez le trouver à un prix modique dans toutes les librairies de Bejaia;

  3. Cherif dit :

    Cherif a dit:
    15 avril 2009 à 3:57
    Oui je l’ai lu le livre : il est magnifique. Il décrit dans les menus détails la vie d’une femme et de sa fille, dans les conditions sociales les plus rudes avec pour decor un village Kabyle, point de départ de l’histoire de Fadhma Ait Mansour. Je ne vous dirai pas plus pour vous inciter à lire ce livre,si vous le trouvez. Le prix je ne connais pas. Le mien m’a été offert depuis plus de dix ans.

Laisser un commentaire

 

Au fil des mots |
teresa |
Entre deux nuages |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lectures d'haabir
| Dans le Jardin des mots
| j'ai "meuh" la "lait"cture