• Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 20 mars 2009

Aouadene Rénia (une Grande Dame de Boukhelifa) nous décrit Bgayet

Posté par coinlitteraire le 20 mars 2009

aouadene.jpg 

Blog: http://aouadene.renia.over-blog.com/article-17290542.html

Bougie, Bejaia, Bgayet

Lorsque le Tariq ibn Zyad accoste au port de Bejaia,
le voyageur prie pour que la mer ne soit pas déchaînée
devant ces côtes accidentées.

Au loin, on aperçoit surplombant la ville, Ima Gouraya,
lieu saint, lieu de prières où tant de pèlerins ont imploré Dieu et son Saint.
Qui a quémandé la guérison de son enfant,
qui a supplié pour que sa fille soit mariée,
qui a mendié la nourriture pour les siens …

Bejaia la musulmane regorge de lieux saints.
A l’intérieur le mausolée de Sidi – Abdelkader
et sa fontaine censée purifier les âmes,
effacer les péchés, apporter la paix…
A l’extérieur, Sidi – Saïd où
les femmes se regroupent pour faire égorger
la chèvre ou le mouton afin de nourrir les hordes de misérables
venus des villages alentour qui accourent aux cris de
« C’est un jour d’Aumône, venez manger l’assiette de couscous ! »
Un pèlerinage de plus afin de demander à Dieu, protection …

Bougie et sa place Gueydon d’où le désespoir se jette.
Combien de jeunes filles, de jeunes garçons se sont envolés
devant l’absence d’issue, d’espoir, de projet.
Des rues soudain peuplées de fellahs,
paysans ayant abandonné à l’indépendance, en ces
jours glorieux, leurs gourbis, leurs terres, leurs villages…
Fellahs sans illusions, sans rêves
et sans passions.
Ils sont donc descendus pour remplir des baraques
et respirer l’odeur de ces hydrocarbures,
choix ô combien prioritaires d’une Algérie indépendante
au détriment d’une agriculture qui nourrissait
les français du temps de Madame la France !

Bougie devenue monstrueuse !
Constructions anarchiques,
toujours, toujours plus haut, encore, encore plus vaste !
Propriétaires spoliés, terres dérobées, maisons occupées,
Bougie se dresse inhumaine, sale mais encore fière.

Bgayet, la kabyle, peuplée d’enfants, bâtards, ingrats, naturels, légitimes,
debout, assis, couchés, recroquevillés
aux regards hagards, violents, haineux,
malheureux, impuissants mais si verts, si bleus, si noirs….
Berbères courageux,
de printemps en printemps qui sillonnent les rues
en criant leur slogan « Ulach Smah, Ulach Smah ! »
Aucun pardon, aucun pardon
pour un pouvoir criminel, assassin d’enfants kabyles.

Bgayet crie son attachement à sa culture,
rêve de ses ancêtres, éternels oubliés
au fin fond du livre d’histoire où jamais
n’a été écrit qu’elle était descendante du peuple Imazighen,
celui des hommes libres

Bgayet et ses poètes, ses chanteurs, ses écrivains,
ses sculpteurs inconnus qui pourtant ne demandent
qu’à déverser leur art dans les rues de la ville
pour bien montrer combien cette ville est si riche.

Bougie n’a plus de traces de ces enfants maltais,
de ces beaux italiens et sardes et siciliens, lascives andalouses…
Un jour ils sont partis, ils ont laissé Bougie.
Mais oui, ils l’ont pleurée ! je les ai rencontrés.
Ils ont toujours rêvé un jour d’y retourner.Bejaia, Bougie, Bgayet !
C’est surtout ces visages, ces silhouettes de femmes
trop longtemps effacées, égarées, écorchées.
On les a vu pourtant déferler dans les rues
pour demander justice quand l’enfant innocent
sous les balles est tombé.

Bgayet, c’est ma ville, non je n’y suis pas née,
moi fille de Marseille.
C’est l’âme de ma mère qui traverse ces rues,
que je viens retrouver, chaque fois un peu plus.
Alors, je l’imagine enfant, adolescente,
jouant dans ces ruelles en ces temps de la France.

Bgayet, Bejaia, Bougie !

Publié dans Poesie libre | 2 Commentaires »

Hawa Djabali – Yamina Mechakra – Geneviève Briot. Trois femmes, trois romans

Posté par coinlitteraire le 20 mars 2009

troisromans.jpgSereines ou tourmentées, quatre femmes nous entraînent dans leur quête sur la terre algérienne d’un futur possible, d’un présent viable.  Leur intimité, leurs désirs les plus fous et les plus vitaux, les beautés que recèlent leur univers éclatent dans Glaise Rouge. D’une sensualité rare, ce roman renoue avec la grande tradition féministe de l’écriture: bouleversante, dérangeante, acerbe et tendre, lucide et utopique.

Hawa Djabali – GLAISE ROUGE

Arris est un enfant des Aurès, arraché à sa mère et à son terroir violé, puis emmené vers le Nord.  Indifférent à la gloire, au luxe, à l’amour, il traverse le siècle à la recherche de son enfance et d’une identité obsessionnelle.  Hymne à la terre et à la maternité, ce roman lyrique et lancinant, cruel et tendre, est aussi une interrogation sur la quête de soi et sur les liens charnels qui unissent un pays et un peuple.

Yamina Mechakra – ARRIS 

En 1986, une jeune femme Française découvre l’Algérie, pays d’où est originaire l’homme qu’elle aime et dont elle a perdu la trace.  Sa soif de comprendre l’amène à partager le quotidien des hommes et de femmes qu’elle rencontre.  Poussée par l’envie de voir la fresque de la Dame blanche, aperçue dans un Musée, elle part vers le Sud.  Que cherche-t-elle vraiment?  Que Trouvera-t-elle entre l’ombre et la lumière?

Geneviève Briot – L’APPEL DU SUD

Publié dans Production litteraire | Pas de Commentaire »

 

Au fil des mots |
teresa |
Entre deux nuages |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lectures d'haabir
| Dans le Jardin des mots
| j'ai "meuh" la "lait"cture