Poème mystique: le samâ « Mathnavi » deDjalal ud-din Rûmi

Posté par coinlitteraire le 14 mars 2009

dancemystique.jpg 

(Source: Samia Nasr. Maroc)

La principale vocation de Djalâl ud-Din Rûmi fut d’appeler les hommes à l’amour de Dieu, la mahabba, et de réchauffer leur ferveur, ses oeuvres, en particulier le « Mathnavi » qui compte 45 000 vers, font de lui l’un des plus grands poètes mystiques de tous les temps, et n’ont pas cessé d’inspirer la piété musulmane et de guider les âmes désireuses d’approfondir et d’intérioriser leur foi.

Rûmi est aussi le promoteur du concert spirituel – le « samâ » – et de cette dance sacrée qui caractérise l’ordre qu’il a fondé :  »plusieurs chemins mènent à Dieu, dira-t-il, j’ai celui de la dance et de la musique ».

Le Samâ de Djalâl ud-Din Rûmi

Le samâ est la paix pour l’âme des vivants,

Celui qui sait celà possède la paix de l’âme.

Celui qui désire qu’on l’éveille,

C’est celui qui dormait au sein du jardin.

Mais pour celui qui dort dans la prison,

Etre éveillé n’est pour lui que dommage.

Assiste au samâ là où se célèbre une noce,

Non pas lors d’un deuil, en un lieu de lamentation.

Celui qui ne connait pas sa propre essence,

Celui aux yeux de qui est cachée cette beauté pareille à la lune,

Une telle personne qu’a-t-elle à faire du samâ et du tambour de basque ?

Le samâ est fait pour l’union avec le Bien-Aimé

Ceux qui ont le visage tourné vers la Qibla,

Pour eux, c’est le samâ de ce monde et de l’autre.

Et plus encore ce cercle de danseurs dans le samâ

Qui tournent et ont au milieu d’eux leur propre Ka’ba.

3 Réponses à “Poème mystique: le samâ « Mathnavi » deDjalal ud-din Rûmi”

  1. M'hamed dit :

    j’ai déja lu ça.Le poète est un Soufi et il est très célèbre par ses poèmes qui ont provoqué un tollé général dans le circuit des ulémas intégristes.Il n’en demeure pas moins que beaucoup l’ont plus tard suivi dans sa voie qui a donné naissance à de nombreuses confréries religieuses.

  2. amina dit :

    j’aimerai bien lre d’autre poème de ce grnd poète,il est magnifique mais dmage la traduction n’est jamais fidele

  3. Annick Tirache dit :

    Lorsque j’étais encore en activité, je me suis souvent inspirée du livre de Khalil Gibran « le prophète » pour mener mes actions pédagogiques. Ce livre écrit une première fois en Arabe et remanié de nombreuses fois a été traduit en Français par ses soins et c’est sans doute pourquoi je le trouve tellement juste dans sons expression hormi le fait qu’il soit si bouleversant de beauté et de poésie.

Laisser un commentaire

 

Au fil des mots |
teresa |
Entre deux nuages |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lectures d'haabir
| Dans le Jardin des mots
| j'ai "meuh" la "lait"cture